PLURIBOIS 2022 (Aspet, 30 mai-3 juin)

L’école thématique PURIBOIS du GDR sciences du bois se déroule à Aspet (31, Haute-Garonne) du 30 mai au 3 juin 2022.

Il s’agit de réfléchir/travailler autour des dégradations du bois en milieu naturel et dans les ouvrages, et de façon plus large sur la dégradation des forêts et de la ressource face aux changements globaux.
En effet, le bois, mort ou vivant, peut être dégradé par des micro-organismes et des insectes xylophages contre lesquels l’arbre développe des mécanismes de défense dont l’efficience pourrait être perturbée par les changements globaux. De manière paradoxale, le processus biologique de dégradation du bois et la valorisation du bois dégradé participent à la lutte contre le réchauffement climatique. De surcroît, la biodiversité mobilisée dans ce processus est essentielle à l’équilibre des écosystèmes et à la production forestière.

Face aux défis environnementaux actuels, la conservation des vieilles forêts et la valorisation de la biomasse en bois d’œuvre, imposent de repenser notre gestion de la forêt. Le maintien de la qualité du bois produit et l’accroissement de la durabilité du bois mis en œuvre (durée de service) sont des défis majeurs du développement de notre société. Ils sont soutenus par une recherche très active en plein renouvellement. Cet aspect englobe la question de la mesure de la durabilité en termes de facilité et de rapidité. En effet, la qualification de la durabilité peut être améliorée par l’utilisation d’outils non invasifs visant à optimiser la sélection du bois ou à évaluer la performance d’une structure en bois dont la pérennité est aussi conditionnée par des facteurs extrinsèques et par les traitements que le matériau a subis.


Les modes de gestion, les périodes d’abattage des arbres, les choix de conception, les techniques d’usinage et de construction utilisées, peuvent impacter plus ou moins la durabilité des structures bois. Dans la perspective d’une utilisation croissante du bois, ces aspects constituent des champs d’étude primordiaux à développer. En outre, le bois d’œuvre dégradé par des agents physicochimiques peut constituer un matériau recyclé à faible empreinte carbone. Ce dernier point interroge la construction sociale autour de l’aspect du matériau et de l’image de ce qu’est un bois sain.


Le bois utilisé par les sociétés anciennes peut se conserver jusqu’à aujourd’hui sous certaines conditions. Mais la plupart du temps, du fait de sa dégradation, il échappe aux archéologues qui cherchent à faire parler ensemble les empreintes en négatif, les rares vestiges, les mentions dans les inscriptions techniques, dans la littérature ou les textes de la pratique et les représentations dans l’iconographie, pour pallier l’absence du matériau. Lorsque le bois est conservé, le fait de l’exhumer l’expose à de nouvelles dégradations irréversibles souvent très rapides. Il faut donc trouver des solutions de conservation adaptées pour stopper durablement le phénomène.

De surcroît, la conservation des pièces ou des ouvrages en bois doit aujourd’hui répondre à l’amplification de la patrimonialisation et à ses enjeux sociaux. La conservation et/ou la restauration de certains vestiges, comme les charpentes anciennes, peut devenir une véritable cause nationale. Actuellement, des recherches innovantes sont menées pour mesurer l’impact et l’efficacité des traitements et des méthodes de conservation sur la durabilité du bois et des ouvrages à préserver.


Le thème des dégradations touche donc tous nous travaux. Aussi, nous espérons que cette école puisse faire émerger de nouvelles idées et points de vue, voire des projets interdisciplinaires innovants autour de ce thème.

Contacts : vanessa.py@univ-tlse2.fr; sylvie.rougier-blanc@u-pec.fr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search