L’Atelier OPERANDI-Terrae, le séminaire toulousain d’histoire et d’archéologie du bâti, s’ouvre aux recherches sur l’Antiquité

En 2020-2021, dans le cadre du séminaire toulousain d’histoire et d’archéologie de la construction et du bâti (thématique Terrae de l’UMR 5136 Framespa, dirigé par Sandrine Victor, MCF d’histoire médiévale à l’institut universitaire Champollion d’Albi),  une collaboration avec les chercheurs de l’EA PLH-CRATA, qui travaillent sur le bois comme matériau de construction dans l’Antiquité et la protohistoire égéenne a été amorcée.

Ce séminaire a pour but de servir de point de rencontre régulier aux chercheurs, enseignants-chercheurs et étudiants spécialistes d’histoire et d’archéologie de la construction et du bâti. Dans le cadre des laboratoires toulousains Framespa (UMR 5136) et Traces (UMR 5608) et plus récemment PLH (EA 4601), le séminaire Terrae- Atelier Operandi est un atelier de discussion qui se déroule sur la base d’un dossier présenté par l’invité ou un membre du séminaire. L’idée est de pouvoir discuter des questions, des problématiques, des sources invoquées par le dossier en cours, des méthodes mobilisées, et de la démarche de recherche. Chaque séance permet de plus de faire un point sur l’actualité de la recherche dans le champ de l’histoire et de l’archéologie de la construction, et d’exposer le compte-rendu de lecture d’un ouvrage récent. L’objectif est d’aider les participants à résoudre des problèmes de recherche qu’ils se poseraient et d’exposer à la réflexion commune ce qui est généralement considéré comme une littérature scientifique grise, afin que des débutants jusqu’aux chercheurs confirmés, chacun puisse s’en saisir et en faire profit.

Le bois dans l’Antiquité a été abordé à deux reprises :

le 22 janvier 2021 : Stéphane Lamouille (PLH-CRATA-IRAA) jeune docteur a présenté des réflexions autour de ses recherches de thèse : « Charpentes antiques et médiévales. Perspectives et limites d’une approche croisée ».

Pour un aperçu des problématiques liées aux charpentes dans l’Antiquité, voir son article :

Stéphane Lamouille, « Les charpentes dans l’architecture monumentale en Grèce ancienne : réflexions historiographiques, techniques et méthodologiques », Pallas, 110/2019, p. 223-243.

le 12 mars 2021 : la séance était consacrée aux comptes de construction

Virginie Mathé (MCF histoire grecque, Université Paris-Est-Créteil, CRHEC) a présenté les comptes de construction de Delphes. Elle co-dirige l’axe Histoire matérielle, visuelle et sonore du CRHEC avec Jérôme Bazin et Emmanuel Fureix et a créé le groupe interdisciplinaire Les mots grecs de la ville antique (Labex IMU) avec Liliane Lopez et Jean-Charles Moretti.

Elle prépare actuellement avec Michela Barbot un dossier « Comptabilités de la construction » pour la revue Aedificare.

Sylvie Rougier-Blanc (MCF HDR histoire grecque, UT2J, PLH-CRATA) a étudié deux tablettes de linéaire B découvertes dans le palais de Pylos (Grèce, XII e s. av. J.-C.) qui contiennent un inventaire de pièces de bois de construction : PY Vn 46 et 879.

Pour accéder à la captation vidéo de la séance du 12 mars 2021


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search